L’omniprésence du Divin dans TOUTES les créatures

Lorsque vous partagez un document, merci d'en conserver la forme et le fond et d'en mentionner l'adresse sur le présent site : https://unite-jesuis.com/actualités/

Si vous souhaitez me faire part de vos réactions sur le sujet évoqué ci-dessous, vous pourrez le faire en bas de page.

Pendant l’émission d’hier soir avec Dalila, j’ai vu passer dans le tchat des invitations à considérer les prédateurs sexuels pédocriminels comme des portails organiques. Je m’appuie sur cet étiquetage brandi lors des échanges pour rappeler mon point de vue sur ce sujet.
Mon point de vue est tranché et dénote fort de celui d’un grand nombre d’enseignants de la conscience qui véhiculent cette théorie de la présence de portails organique au sein de l’humanité.

L’émission avec Dalila où des commentaires évoquent les portails organiques

La théorie des portails organiques

Je connais bien évidemment la théorie largement présente chez Dolorès Canon, et relayée par de nombreuses personnes en vogue sur la toile. Si j’ai bien compris un « portail organique » serait une créature d’apparence humaine dépourvue d’Essence Divine, « d’âme ». On parle aussi de coquille vide, d’êtres dépourvus de sentiments, d’émotions ».

Je ne suis pas une spécialiste de ce sujet et pour cause puisque, personnellement, je considère que toute la création et toutes les créatures sont Présence Divine manifestée, densification de l’Amour infini. Pour moi, rien ne saurait être dépourvu d’Esprit, sans divinité point d’existence. C’est mon point de vue, c’est ma décision après observation du réel et questionnement sur le sens de l’existence, et je me réjouis de l’avoir prise. Cette façon de voir exclut totalement la notion de portails organiques sur la terre.

Un peu d’extrapolation

« Des pas qui mènent au large », photographie d’Irlande de Rose-Marie Valentin

Imaginons un seul instant que demain, sur la base que certains d’entre nous ne seraient pas des vrais humains dotés d’Esprit ou d’âme, un individu, ou un groupe d’individus trouve une sorte de « test PCR » ou autre gadget pseudo scientifique ou spirituel, pour détecter la présence du divin chez les humains et décide de chasser de l’humanité ceux qu’ils estimeraient dépourvus d’une âme ! Un nouveau pass sanitaire, devenu « pass spirituel » serait alors inventé pour admettre avec ces régents du monde les êtres qui répondent aux critères qu’ils auraient retenus vrais.

L’arbitraire de la détection serait la nouvelle loi.

Selon moi, c’est exactement ce que font déjà les personnes qui étiquettent leurs semblables de « portail organique », sans test préalable mais uniquement à partir de leur décision subjective. C’est un contrôle « spirituel encore plus fort que le contrôle social organisé par les états. Je dois dire que j’ai parfois un peu froid dans le dos quand des humains s’arrogent le droit de diagnostiquer d’autres humains, car l’histoire est truffée d’expériences de la sorte et qui ont toutes mené à des bains de sang. Un sang pourtant informé de la présence du Christ en lui, par l’incarnation-même sur la Terre.

Outre le désir sans doute non conscient d’imposer une règle à l’ensemble de la population pour mieux la diriger, il me semble que c’est aussi encore une fois, une stratégie mise en œuvre pour se rassurer, se confirmer qu’on est bien du bon côté de la dualité, en mettant l’autre, dont le comportement ne nous est pas admissible, du mauvais côté. Évidemment chez les spiritualises on ne dit pas « mauvais côté » mais un pudique « ce n’est pas juste ».

En ces temps d’élections en France, j’aime me rappeler que ce n’est point parce qu’une majorité de personnes dans un groupe social ou spirituel donne le même enseignement, que celui-ci est fondé, vrai. Jésus se souvient encore de ce qu’un propos minoritaire peut susciter chez ses contemporains.

Voir la présence divine en chacun de nous est notre mission

D’aucuns me diront qu’ils ont déjà rencontré des « portails organiques » et je veux bien entendre le ressenti qu’ils ont eu face à certaines personnes avec lesquelles ils avaient une relation. En effet, Il est possible que nous ayons rencontré dans notre existence des personnes chez qui nous n’avons pas vu la présence divine. Nous savons aussi que l’observateur est responsable de son observation et qu’il est pertinent qu’il se souvienne que peut-être il n’a pas vu un élément dans son observation, mais que cela n’exclut pas que cet élément y ait été présent.

Jésus a accueilli Christ dans son corps pour initier l’individuation dans l’humanité, et ainsi passer d’un dieu unique à 8 milliards de dieux vivant pour l’Amour. Au Golgotha, son sang a été versé sur la Terre, a imprégné le corps éthérique de celle-ci pour que chaque humain naissant après lui soit porteur de Christ. A ma connaissance il n’y a pas d’examen préalable à la naissance pour déterminer ceux qui vont être divins et ceux qui seraient des coquilles vides.
J’appelle tous ceux d’entre nous qui sont intéressés par la vie divine sur la terre, l’avènement du corps divinhumain propre à l’espèce que nous avons créée pour évoluer, à se défaire de toute tendance à juger autrui et à le dépourvoir de sa divinité. C’est au contraire en voyant le divin partout et en chacun que nous lui redonnerons le premier rôle, que nous le reconnaîtrons en tant que sens de l’existence.

Pour aller plus loin

Une alternative au décret posé sur autrui qu’il serait un portail organique pourrait consister à aller voir en soi ce qui convoque dans nos expériences relationnelles des êtres dont nous ne voyons pas la divinité. Si nous nous souvenons que nos situations vécues sont des scènes externalisées de nos scènes intérieures, alors nous ne pouvons plus déplorer une confrontation avec une personne qui pompe notre énergie et n’a aucune conscience éthique, aucun respect pour nous. Ce prédateur est en nous-mêmes et pompe l’énergie d’une autre part de nous-mêmes et notamment de l’enfant blessé qui vit dans nos cellules. Dès lors que JE, la conscience/instance de décision se mobilise et remonte sur le trône du souverain à la place du psychisme dualiste qui avait pris les commandes, la situation peut changer. La posture n’est pas facile à adopter car c’est précisément l’axe évolutif que nous expérimentons. Mais tout peut commencer par ne plus accuser l’autre de n’être point divin.

Votre contribution :

Vous souhaitez vous exprimer, contribuer à l'évolution de la conscience sur ce sujet ?
Ecrivez votre commentaire ici et envoyez-le-moi afin que je puisse le publier.